Les serviettes hygiéniques lavables bio polluent-elles autant que les jetables ?

Si votre choix entre les serviettes jetables et les serviettes hygiéniques lavables n'est pas tout à fait orienté, cet article devrait vous guider.

Les protections périodiques féminines doivent absorber le sang des règles, tout en étant pratiques, douces et confortables. Les serviettes hygiéniques jetables s’avèrent bourrées de produits toxiques pour permettre une bonne absorption. En raison de leur imperméabilité du sang contenu dans ces matières plastiques, les serviettes jetables sont propices à la prolifération de bactéries (par macération) ainsi que bon nombre d’infections chez les femmes. La durée de vie de quelques heures d’une serviette jetable et son utilisation peuvent être des plus désagréables pour de nombreuses femmes qui développent des allergies, des mycoses ou moins graves mais tout aussi embêtantes des irritations à cause des produits nocifs qui imbibent la partie absorbante de la serviette. En contact direct avec les muqueuses de la vulve, c’est ce qui provoque aussi des démangeaisons et procure un réel inconfort. Les répercussions peuvent être graves au niveau de la paroi vaginale qui, étant très absorbante, laissent les substances chimiques qui composent ces produits jetables pénétrer sans aucune difficulté l’organisme. Le corps ne sait plus se débarrasser au fil du temps, de toutes ces toxines dangereuses pour la santé. De plus, ces serviettes jetables produisent une quantité considérable de déchets aussi bien lors de leur conception qu’après leur emploi. La meilleure alternative est donc de se porter vers les serviettes hygiéniques lavables, réputées plus appropriées pour les femmes et pour l'environnement.

Pour autant, l’on est en droit de demander l'impact de ces dernières en terme de pollution ; si elles ne pollueraient pas au même titre que les jetables. La réponse se trouve dans les prochaines lignes.

Les serviettes hygiéniques lavables ont été conçues pour aider les femmes lors de leur cycle menstruel à opter pour une solution plus saine pour elles. En effet, il s’agit d’une période sensible avec un changement hormonal qui confère toutes sortes de petits bouleversements et désagréments internes (maux de tête, de ventre, courbatures, état de fatigue ou d'hyper-sensibilité, sautes d'humeur...). Un état de forme personnel plus ou moins atteint selon les femmes auquel il n'est pas nécessaire d'ajouter d'autres désagréments externes qui pourraient être causés par les protections et serviettes comme les démangeaisons, irritations au niveau des muqueuses, sensations d'inconfort, allergies, micro-coupures ou cystites. Plus de huit millions de femmes souffrent d’irritations intimes en France.

Des études ont également montré que le blanchiment au chlore des couches jetables, serviettes et tampons -uniquement pour donner une image de pureté- générait des produits toxiques comme la dioxine. Le chlore, réagit avec la viscose et induit la formation d’une substance très toxique et poison appelée dioxine. Cette dioxine, présente à l’état de traces plus ou moins importantes dans de nombreux produits liés à l’hygiène corporelle, entre en contact direct avec la peau et les muqueuses des parties intimes. Selon Greenpeace, « la dioxine est l’une des substances synthétiques les plus toxiques jamais étudiée » et ses effets sur la santé des femmes pourraient inclure l’endométriose, des dysfonctionnements ovariens, une fertilité amoindrie, l’incapacité de mener une grossesse à terme, des changements hormonaux, et certainement le cancer. Les résidus de produits toxiques que l'on trouve dans les serviettes jetables sont donc bien plus alarmants que la sensation de gêne où le problème d'odeurs du fait qu’elles ne sont pas respirantes. Ce sont des pathologiques bien plus graves en plus des désagréments observés qui sont en jeu dans l'usage des produits jetables pour l'hygiène intime féminine.

A l’inverse, les protections intimes bio respectent l’écologie, parce qu’elles sont faites de matières naturelles. Les plus connues sont à titre d’exemple le coton ainsi que le chanvre. Aucun procédé chimique ne rentre dans leur fabrication ; elles peuvent servir en plus pendant de nombreuses années sur le principe du lavable donc réutilisable et sont en plus, biodégradable. Par conséquent, il n’y a pas d’incidence négative sur la santé des femmes, ni d'émission lourde de conséquence de déchets pour la planète.

 

Les serviettes hygiéniques lavables bio, la solution la plus sûre

Le premier avantage des serviettes lavables bio, c’est qu’elles sont réellement plus naturelles. Ainsi, en optant pour cette nouvelle gamme de serviettes, les femmes sont sûres de ne pas développer plus tard d’autres pathologies (liées aux composants pesticides de la partie absorbante des serviettes jetables, véritables perturbateurs endocriniens). Le coton bio entrant dans leur fabrication est naturel et certifié par des labels bio comme Oeko-tex et ne représente pas un déchet au sens de son aspect d'abord recyclable puis une fois en fin de vie, biodégradable (sans résidus toxiques pour la planète). Plim, par exemple, marque référente sur le marché du lavable choisit des cotons bio certifiés GOTS pour éviter les pesticides au contact de la peau, une membrane technique certifiée OEKOTEX (classe 1 pour la peau des bébés) pour éviter la présence de substances reconnues indésirables pour le corps.  Plim est soucieuse d’éviter les allergies grâce à des matières reconnues non allergènes pour des dispositifs médicaux et leurs produits sont déposés auprès de l'INPI. 

En plus, c’est l’alternative la plus économique pour toutes les femmes, car ces serviettes lavables bio coûtent moins chères que leurs consœurs jetables quand on cumule le nombre de protections utilisées (10 à 15 000 dans une vie).

La meilleure façon de contribuer à la protection environnementale est donc d’opter définitivement pour ces serviettes hygiéniques non jetables. Elles offrent des atouts dans tous les domaines, et ne polluent pas le moins du monde, au contraire des serviettes jetables. En plus, leur utilisation s’avère avantageuse pour la santé des femmes qui se sentent protégées et à l’aise en période menstruelle. C'est aussi un bénéfice dans l'approche et la connaissance de son corps, ne serait-ce que dans l'acceptation et l'appropriation de son propre sang (quand il faut laver ou rincer la serviette par exemple). Pour vous en procurer, vbon nombre de magasins spécialisés référencent les marques les plus connues ou fabriquées en France ainsi que les sites en ligne, de fabricants ou revendeurs écologiques. Le geste est simple, au lieu de la jeter après utilisation, vous lavez votre serviette en coton bio en vue de sa prochaine réutilisation, et ce durant une dizaine d’années selon le soin et l’entretien apportés.

Sommes toutes, avec les serviettes hygiéniques lavables, vous avez une alternative verte. Elles sont bénéfiques aussi bien pour votre bien-être corporel que pour la planète. Une façon façon efficace de participer à l’intérêt général et de "faire sa part" !