Tampon ou serviette hygiénique lavable pour des règles plus écologiques ?

Face aux alternatives en matière de protection intime, les femmes d'aujourd'hui (notamment les jeunes femmes) peuvent hésiter avant d'opter pour celle qui leur convient. Une solution semble néanmoins émerger plus raisonnée et respectueuse de la santé et de la planète, avec les protections lavables. Elles doivent encore lutter contre les idées reçues et la praticité apparente des tampons. Etude comparative de ces deux options.

Avec les règles menstruelles, apparaissent des changements et divers dérèglements dus aux hormones qui affectent les femmes pendant cette période. Chacune d'entre elles, eu égard au respect de son propre corps, a aussi un rôle à jouer et une certaine responsabilité dans la prise en charge des déchets liés aux menstruations. Une belle occasion de se (re) poser les bonnes questions et d'adopter de nouveaux comportements en termes de protections féminines. De nouveaux moyens et produits sont disponibles sur le marché, avec parfois trop de choix. Les plus connus actuellement sont les serviettes hygiéniques jetables et les tampons, jetables également. Une alternative plus écologique semble intéressante et de plus en plus plébiscitée : les serviettes hygiéniques lavables. Jetables ou lavables, lesquelles de ces serviettes offrent plus d’avantages ?

Tout savoir sur le tampon et les menstruations

Le principal atout à l’usage du tampon pendant les règles pourrait être le sentiment de liberté qu’il procure. Ainsi, avec un tampon, il apparaît plus facile de porter un pantalon serré voire moulant, un bikini, et surtout l’on peut aller se baigner en toute sécurité grâce à ses propriétés hyper-absorbantes, directement inséré dans le vagin. Or, c'est là que les tampons ont leurs limites et délivrent leurs effets néfastes voire dévastateurs. C'est un peu le pari de l'absorbant au détriment de la santé. En effet, la course à la matière la plus absorbante a obligé les fabricants à sophistiquer toujours plus leurs produits, les amenant à utiliser par exemple des cristaux de polyacrylate de sodium, un polymère absorbant qui devient gel une fois humide dit super-absorbant (jusqu’à 800 fois son poids en eau). D’autres ingrédients toxiques allant jusqu’aux pesticides sont contenus dans les tampons (et les serviettes jetables), alors qu’ils sont reconnus cancérigènes. On trouve par exemple de la viscose ou rayonne, une matière artificielle très absorbante, obtenue à partir de la pâte de cellulose des arbres. Or, les fibres artificielles utilisées dans les tampons et les serviettes jetables, telle la viscose, sont abrasives. 
Lorsqu’un tampon s’allonge, il exerce une pression sur la région utérine, provoquant de petites coupures. On a trouvé des filaments de fibre de tampons dans les muqueuses vaginales et dans les trompes de Fallope qui conduisent à l’ovule. Certains chercheurs font même un lien avec le cancer du col de l’utérus. De même, certaines stérilités seraient attribuées à la présence de ces filaments dans les trompes de Fallope qui obstruent le passage des spermatozoïdes vers l’ovule

En plus, le tampon a tendance à sécher le vagin, surtout quand le flux menstruel est très faible. Pire encore, les procédés de blanchiment des tampons laissent des résidus de dioxine. Les femmes se plaignant alors d’irritations à cause des tampons sont nombreuses. En cas d'oubli dans le vagin, l’intervention d’un gynécologue peut s’avérer nécessaire pour le retrait du tampon. En cas d’écoulement abondant, il faut le changer très régulièrement pour éviter que le sang ne déborde et complique le retrait. A cause de ces derniers points, le tampon favorise le risque d’infections.

La paroi vaginale étant très absorbante, les substances chimiques qui composent ces produits jetables n’ont aucune difficulté à pénétrer l’organisme et le corps ne sait plus se débarrasser au fil du temps, de toutes ces toxines dangereuses pour la santé.

La serviette hygiénique lavable bio tombe alors à pic

Les serviettes hygiéniques lavables apparaissent alors comme une option largement préférable pour limiter les désagréments du cycle menstruel. Mais ce n'est pas tout. Ces serviettes offrent une véritable possibilité de mieux connaître son corps et suivre l’évolution de son flux et évidemment, elles sont garanties contre les fuites. A l’inverse de nombreuses autres protections intimes pour les menstruations, les serviettes lavables n’agressent pas les parties intimes avec leurs matières respectueuses de l'environnement. Plus d'infections vaginales, plus de micro-coupures ni de sensation désagréables liées au côté hermétiques ou plastique des solutions jetables.

Enfin, le coton bio étant respirant plus de problème d'odeur et donc pas besoin d'opter pour des modèles de serviettes lavables parfumés. Ceux-ci pouvant être la source d'irritations. Et pour se prémunir contre les fuites, l’idéal est de se tourner vers des serviettes lavables munies de boutons pression fixés sur les ailettes qui se clipsent à taille, selon l'ergonomie et l'anatomie de chacune et le modèle du sous-vêtement. Par précaution, on peut aussi privilégier sur cette période pour des habits plus sombres afin de rendre plus discrètes les fuites éventuelles, en cas de flux abondants et de change non anticipé. Mieux, prévoir une serviette en coton bio de rechange dans votre sac pour les imprévus, une astuce typiquement féminine. Au final, le duel tampons-serviettes hygiéniques lavables aura permis de découvrir les avantages et inconvénients de chaque procédé. Si les premiers s’avèrent agressifs et néfastes pour la santé et peu respectueux de l'intimité féminine, les seconds sont vraiment à conseiller. Les serviettes hygiéniques lavables présentent l’avantage d’être conçues avec des matières spécialement appréciées pour leur douceur et leur côté non toxique pour la peau comme le coton bio. En plus, elles ne nécessitent qu’un entretien facile après usage et peuvent servir longtemps. Voilà des arguments tangibles pour faire votre choix.